Capenergies missionné par la Principauté de Monaco pour détecter les innovations énergétiques à fort potentiel

4 septembre 2017 – Le pôle Capenergies, entouré du cabinet Accenture et de la start up Azzura Lights, remporte l’appel d’offre lancé par la Principauté de Monaco pour une mission d’assistance à la veille technologique dans le domaine de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Avec son programme « Cap sur l’innov’action énergétique », Capenergies devient ainsi le premier pôle de compétitivité mandaté par le Gouvernement Princier pour mener à bien les actions en faveur de la Transition Énergétique.

Le pôle assurera cette prestation en coordination avec la Mission pour la Transition Énergétique, structure  créée en 2016 par le Gouvernement Princier, pour promouvoir les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, et développer les infrastructures nécessaires à leur déploiement.

« Grâce à son expertise de plus de 10 ans sur les filières énergétiques bas carbone et l’efficacité énergétique, portée notamment auprès des collectivités territoriales, le pôle a su construire une offre pertinente retenue par la Principauté. Dans la continuité de nos actions sur le territoire monégasque, nous sommes fiers d’accompagner, par cette mission de prospective, le Gouvernement Princier ainsi que tous les acteurs monégasques engagés dans la transition énergétique»,  indique Bernard Mahiou, Directeur Général du Pôle Capenergies.

La mission confiée au pôle Capenergies comporte plusieurs volets :

  • Réaliser une veille technologique internationale, afin d’identifier les innovations et axes de recherche pertinents pour les projets de la Principauté, en adéquation avec ses objectifs environnementaux ambitieux, et organiser des rencontres avec les porteurs d’innovations,
  • Accompagner la Mission Transition Énergétique dans la déclinaison d’actions de communication, auprès du grand public, pour qu’ils s’approprient ces sujets technologiques pointus,
  • Appuyer la montée en compétence des entreprises monégasques et des acteurs du secteur en identifiant les formations en lien avec ces technologies clés identifiées.

Pour ce faire, Capenergies s’est entouré de 2 partenaires sous-traitants de premier plan : Accenture, cabinet leader mondial du conseil aux entreprises et aux collectivités, et Azzura Lights, start-up à fort potentiel, spécialisée dans l’accompagnement des utilisateurs finaux aux nouvelles technologies énergétiques mises à leur disposition.

« Nous sommes ravis d’accompagner la Principauté de Monaco dans sa démarche de transition énergétique en engageant nos experts du secteur et notre réseau de compétences international.» commente Grégory Jarry, Senior Manager Smart grids chez Accenture.

« En travaillant avec Azzura Lights, le gouvernement de Monaco s’associe à une startup de l’économie sociale et solidaire, agréée entreprise d’utilité publique. Celle-ci s’inscrit dans une démarche durable qui favorise systématiquement les circuits courts en faisant travailler et produire des entreprises azuréennes, respectueuses de l’environnement. Elle apporte à chaque projet auquel elle participe une dimension RSE forte. », précise Jessica Pellegrini Fondatrice d’Azzura Lights

Engagé depuis plus de vingt ans, par la ratification de la Convention Cadre des Nations Unis sur les Changements climatiques, du protocole de Kyoto et plus récemment l’accord de Paris, la Principauté vise des objectifs ambitieux : atteindre 50% de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990, ainsi que la neutralité carbone à l’horizon 2050.

Le Communiqué de Presse

Capenergies et EnvirobatBDM signent une convention de partenariat avec un axe fort sur la rénovation énergétique

6 juillet 2017 – A l’occasion d’Innovative City Convention 2017, Bernard Mahiou, Directeur Général du pôle de compétitivité Capenergies, et Florence Rosa, Présidente de l’association EnvirobatBDM signent ce jour une convention de partenariat afin de développer des synergies d’actions en particulier sur le segment stratégique de la rénovation énergétique.

Par cette nouvelle démarche partenariale, Capenergies et EnvirobatBDM unissent leurs efforts pour élaborer une stratégie commune à fort impact, qui s’appuiera sur le leadership de ces deux acteurs de l’innovation, la complémentarité de leur expertise et la force de leur réseau.

Les synergies envisagées visent le déploiement de projets exemplaires en région, futurs territoires vitrines, ainsi que l’élaboration de nouvelles actions communes, pour accélérer la croissance des entreprises et contribuer activement au développement et au rayonnement international de la filière.

Domaine à fort enjeux, la rénovation énergétique est au cœur de la nouvelle politique industrielle et d’innovation de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, portée dans le cadre de l’Opération d’Intérêt Régional « Energies de demain » et du PR2E1


Les enjeux de la rénovation énergétique du bâtiment
en Provence-Alpes-Côte d’Azur :

Un objectif de 50 000 logements à rénover par an
Un parc de 1,4 million de logements collectifs à rénover
Un chiffre d’affaire potentiel de 300 millions d’euros
13 000 emplois à créer par an


 


* 1 PR2E : Programme Régional de l’Efficacité Énergétique

Sensibilisation à la Propriété Intellectuelle pour les porteurs de projets labellisés, organisée en collaboration avec l’INPI

Bonus à la labellisation, les porteurs de projets innovants ayant obtenus le label Capenergies en 2016 ont participé le 22 mars dernier à une première session de sensibilisation à la propriété intellectuelle, organisée par Capenergies et l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle).

Recherche d’antériorité, contrats impliquant la propriété intellectuelle, titres et conditions de dépôt (brevet, marque, dessins et modèles), consignation de preuves …c’est un panorama complet appliqué à la gestion de projets collaboratifs auquel les membres souhaitant monter en compétence ont assisté.
Les échanges se sont ensuite poursuivis dans le cadre d’entretiens individuels, lors desquels les porteurs de projets ont pu exposer en toute confidentialité leurs problématiques et bénéficier de l’expertise des chargés de mission de l’INPI.

Prochains RDV avec l’INPI :
L’INPI tiendra un stand lors des rencontres B2B qui suivront l’Assemblée Générale Capenergies le 31 mai prochain et une session similaire de sensibilisation vous sera proposée d’ici la fin de l’année 2017.

Pour rappel, grâce à la convention de partenariat signée entre Capenergies et l’INPI depuis 2009 puis renouvelée pour la période 2015/2018, les membres du pôle accèdent sur demande à un panel d’actions ciblées :

  • Réalisation de diagnostics PI,
  • Accès à la gamme coaching de l’INPI,
  • Accès aux réunions Pro²PI organisées par l’INPI PACA à Marseille,
  • Actions de formation et de sensibilisation à la PI.

Pour saisir cette opportunité et trouver réponse à toutes vos questions concernant la PI, nos ingénieurs projets se tiennent à votre disposition :

Boris Cicero
rf.se1508218798igren1508218798epac@1508218798oreci1508218798c.sir1508218798oB1508218798

Flavien Pasquet
rf.se1508218798igren1508218798epac@1508218798teuqs1508218798ap.ne1508218798ivalF1508218798

Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées : Recruter et former un apprenti, un investissement responsable

Devant les difficultés rencontrées pour recruter des Ingénieurs et pour attirer les demandeurs d’emploi en situation de handicap, plusieurs grandes entreprises ont décidé d’utiliser l’alternance comme levier de recrutement en cohérence avec leurs politiques Handicap. C’est tout l’objet du projet HUGo qui vise à former, qualifier et permettre le recrutement des personnes en situation de handicap et dont les avancées ont été présentées lors de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées organisées en Région PACA par l’Agefiph.

Porté par le pôle Capenergies, le projet HUGo a pour objectif la mise en place d’un cursus de formation aboutissant à l’obtention d’un Diplôme d’Ingénieur délivré par une grande école, dans le cadre de la formation professionnelle en alternance, pour les personnes en situation de handicap. L’objectif est double : Répondre aux besoins des entreprises en recherche de compétences dans les domaines de l’informatique, de l’électronique et de l’électrotechnique, et faciliter l’accès des travailleurs handicapés au marché de l’emploi. Le projet HUGo bénéficie du soutien financier de l’Agefiph, ce qui constitue un engagement novateur pour cet organisme.

La 1ère promotion du projet HUGo :1 Diplôme d’ingénieurs « informatique » (Niveau 1) en alternance

11 Alternants

13 entreprises mobilisées
dont le CEA, DCNS, ENEDIS et la Société du Canal de Provence[1]

1 partenaire académique : Polytech Marseille – Aix Marseille Université

1ère promotion : du 30 janvier 2017 jusqu’au 18 janvier 2019

Isabelle GUMOS, alternante du projet HUGo recrutée par La Française des Jeux témoignait lors de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées :

« Le projet Hugo est ambitieux et résolument innovant car il vise à mettre en place pour la première fois une formation de niveau Bac +5 destinée à des personnes en situation de handicap, leur permettant ainsi d’intégrer une grande école dans le respect de leur problématique de santé. Le référentiel de formation Polytech ainsi que le choix de l’alternance répondent scrupuleusement aux besoins exprimés par les grandes entreprises qui visent à recruter des personnes correspondant à un niveau élevé de compétences. Ce projet est un véritable engagement de vie, il s’envisage sur du long terme. »

« En ce qui me concerne, la reconnaissance en tant que travailleur handicapé n’affecte en rien mon désir d’évoluer dans un monde professionnel en recherche de performance, je crois fermement qu’une politique de RSE respectée représente une valeur ajoutée pour une entreprise en quête de croissance. Je suis fière de rejoindre La Française des Jeux qui représente des valeurs éthiques qui me sont chères et a su m’accorder sa confiance pour cette grande  première du Projet Hugo. »

Lionel CICERONE, chargé de développement RHau sein de la Française des Jeux a souligné et remercié à cette occasion « l’investissement de l’ensemble des parties prenantes de ce projet ambitieux, qui constitue une opportunité pour notre entreprise de prendre part à une action en faveur de l’égalité des chances, un principe cher à notre entreprise. »

La semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées

Informer et sensibiliser au recrutement et au maintien dans l’emploi de personnes handicapées, tels furent les principaux objectifs de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées. Organisés dans toute la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur par l’Agefiph, plusieurs événements se sont tenus du 14 au 20 novembre 2016, rassemblant au total 750 participants, entreprises, partenaires sociaux et institutionnels, personnes handicapées, avec la participation pour certaines dates de Capenergies, engagé pour la mise en œuvre de politique handicap au sein de ses entreprises membres.

[1] Liste complète : ATOS, CAP GEMINI, CEA, CGI, DCNS, ENEDIS, La Française des Jeux, GEMALTO, SAP Labs France, SII, la Société du Canal de Provence, SOMEI, ST MICROELECTRONICS.

Projet HUGo : Les futurs alternants franchissent une étape importante

Nouvelle avancée du projet HUGo dédié à la formation en alternance de niveau I dans le domaine de l’informatique, pour des personnes en situation de handicap : 13 candidats présélectionnés ont franchi une étape importante pour intégrer la première promotion HUGO. Le 8 septembre dernier, ils ont en effet réussi les tests techniques sous le contrôle de l’équipe enseignante de Polytech, partenaire pédagogique du projet. A cette occasion, les entreprises du programme HUGo ont reçu en entretien les futurs alternants en vue de la finalisation du processus de recrutement.

Le projet HUGo vise la création d’un programme de formation pour favoriser l’employabilité des personnes en situation de handicap, en leur offrant l’opportunité d’accéder à un diplôme de niveau I dans les métiers de l’informatique et ainsi faciliter leur évolution professionnelle et leur intégration en entreprise.

Face aux difficultés rencontrées par les entreprises spécialisées dans l’IT pour recruter des ingénieurs et attirer les demandeurs d’emploi en situation de handicap, l’alternance est un levier de recrutement efficace, en cohérence avec les politiques Handicap des entreprises impliquées dans ce projet et en adéquation avec les recommandations de l’État et de l’Agefiph dans ce domaine.

Comme l’explique Marie-Pierre SAISSE, Responsable Ressources Humaines GEMALTO et Responsable de la mission handicap France :

« Les profils que nous recherchons sont essentiellement des ingénieurs en développement logiciel issus d’école d’ingénieur. Nous avons d’importantes difficultés à identifier ces profils parmi les travailleurs handicapés, rares sur le marché de l’emploi. Il fallait donc trouver le moyen de former les candidats à nos métiers. Comme nous sommes très motivés pour participer à l’intégration des travailleurs handicapés et contribuer à augmenter leur employabilité, nous nous sommes fortement impliqués dans ce programme auquel nous croyons beaucoup. Nous contribuerons ainsi à l’égalité des chances en permettant l‘accès à un diplôme d’ingénieur d’une grande école à des personnes qui ont été écartées du cursus ordinaire du fait de leur de leur handicap. Cela est cohérent avec nos valeurs et notre responsabilité sociétale. HUGo est un programme réellement innovant et chez Gemalto l’innovation est au cœur de notre stratégie.

De plus, intégrer une personne handicapée au sein de nos équipes a des effets très bénéfiques en termes de cohésion d’équipe, d’ouverture d’esprit. C’est une expérience très enrichissante pour les managers car elle leur permet de prendre conscience de l’importance de considérer la singularité de chacun pour la réussite de tous.»

En partenariat avec le pôle Capenergies et l’AGEFIPH, le projet HUGO est issu d’un travail collectif regroupant les chargés de Missions handicap d’entreprises régionales (Société de Canal de Provence, Gemalto, Enedis, Atos, STMicroelectronics, La Française des Jeux, DCNS, Capgemini, CGI, SII, SOMEI, SAP qui échangent sur leurs bonnes pratiques.

L’objectif de départ visant la formation de 12 personnes formées par session qui bénéficieront de l’opportunité d’intégrer une entreprise semble donc en excellente voie.

« Nous espérons dans un 1er temps que tous les alternants puissent aller au bout de leur cursus et décrocher leur diplôme d’ingénieur et si l’expérience est concluante enchainer avec de nouvelles promotions les années suivantes. Et pourquoi ne pas imaginer déployer le programme dans d’autres grandes écoles d’ingénieur ou de commerce dans différentes villes en France. » précise Marie-Pierre SAISSE.

____________________________________________________________________________________

* Pour « Handi U Go »

Inédit : Un pôle de Compétitivité s’engage au côté de l’Agefiph

Capenergies et l’Agefiph annoncent la signature d’une convention de partenariat destinée à apporter des solutions concrètes en faveur de l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap et des entreprises membres du pôle. Conclue pour 3 ans, ce partenariat avec l’Agefiph constitue une première pour un pôle de compétitivité.

Les actions menées par le pôle Capenergies viseront, avec le soutien financier de l’Agefiph, à créer une véritable dynamique, confortée par le fort intérêt des entreprises membres pour cette thématique, relevé lors d’un récent diagnostic. Capenergies et l’Agefiph conduiront des opérations d’information, de sensibilisation et d’accompagnement auprès des entreprises, pour mener à bien le recrutement et le maintien dans l’emploi de personnes handicapées, et faciliter l’accès des travailleurs handicapés à la formation et notamment l’alternance.

Ce partenariat s’inscrit pour le pôle Capenergies dans le cadre de son action en faveur de la croissance des membres du pôle, via le levier des ressources humaines, pour conforter le capital humain de l’entreprise. En effet, le Pôle contribue par ailleurs au montage de formations initiales de travailleurs handicapés à l’image du projet HUGo. Celui-ci vise à construire un cursus de formation d’ingénieur Polytech en alternance, destiné à l’apprentissage des métiers de l’informatique, pour les personnes en situation de handicap.  Aux côtés de Capenergies, ce projet rassemble le réseau des chargés de Mission handicap de grandes entreprises régionales engagées, telles que Gemalto, ERDF, Atos, STMicroelectronics, La Française des Jeux, DCNS, Capgemini (…).

Nouvelle convention avec l’INPI : protégez vos innovations !

Le Pôle Capenergies conforte son partenariat avec l’INPI dans le cadre d’une nouvelle convention d’une durée de 3 années. L’objectif est de favoriser le bon usage de la Propriété Intellectuelle (PI) auprès des membres du pôle et de renforcer ce véritable levier de compétitivité. Les actions conduites ont pour objectifs de sensibiliser les dirigeants d’entreprises et les porteurs de projets aux enjeux de la propriété intellectuelle, et de leur donner accès à prix réduit à la gamme de services de l’INPI dédiés aux entreprises.

 

Découvrir le Coaching INPI : une gamme de prestations pour faire de la PI un levier de développement pour l’entreprise

Coaching_inpi

Quelques questions à Elisabeth Delalande, Déléguée Régionale INPI PACA :

Delalande_INPI« L’objectif n’est pas de déposer des brevets en masse mais d’initier une réflexion globale pour se prémunir de futurs désagréments et consolider sa stratégie d’entreprise. »

 

 Quelles sont les missions de l’INPI en Région PACA ?

« L’INPI en région a pour mission avant tout d’informer et d’accompagner notamment les PME et TPE innovantes qui sont notre cible principale, sur les questions de PI, pour une meilleure compréhension et un usage à bon escient. Notre rôle est d’en expliquer les enjeux, les risques mais également les opportunités. »

Quelles stratégies sont mises en œuvre par les entreprises au niveau national et en PACA ? et quelle dynamique de dépôt des entreprises constatez-vous  sur la thématique énergie ?

« Au niveau national[1], les PME et ETI sont une typologie d’entreprises qui représentent un pourcentage important de dépôt (soit 77, 4 % des personnes morales françaises qui ont déposé une demande de brevet publiée à l’INPI) mais chaque entreprise dépose peu. En effet, les demandes de brevet, par la voie nationale, publiées en 2014, émanant de PME ou d’ETI représentent 28,7% des demandes publiées des personnes morales françaises. Les grandes entreprises représentent quant à elles 57%. Les parts des PME, des ETI, et des grandes entreprises dans les demandes de brevet des personnes morales françaises sont stables depuis 2011. »

 Dynamisme-pme-pmi

 

« En matière de PI, la région PACA arrive à la troisième place des régions qui comptent le plus de dépôts de brevet, et ce depuis de nombreuses années, après l’Ile de France et la Région Rhône Alpes. Elle se démarque également par une forte proportion de PME déposantes, avec en 2013, 42% des demandes de brevets émanant de PME contre 17% au niveau national. Ceci est en adéquation avec le tissu économique régional qui compte moins de grands groupes qu’en Ile de France par exemple. »

« Il est difficile de donner des chiffres précis concernant le domaine des énergies renouvelables car la classification dilue ces brevets. Cependant, les principales thématiques faisant l’objet de dépôt en PACA sont l’électronique/électricité, avec les objets connectés par exemple, les machines et le transport (mécanique, énergies renouvelables). »

Quels enjeux revêt la maitrise de la PI pour les dirigeants d’entreprises et les porteurs de projets ?

« Nous constatons un fort déficit de connaissance en matière de PI. La PI n’est malheureusement pas traitée comme un sujet prioritaire par les entreprises.

Cependant, le brevet limite la concurrence, et rend une entreprise visible et plus solide. Sa maîtrise permet de rééquilibrer les rapports de force dans un consortium dans le cadre de projets collaboratifs. Lors d’une démarche de levée de fonds, un brevet donne de la valeur à une innovation. Les entreprises doivent prendre conscience de la nécessité de se protéger par une politique de confidentialité. Elles seront ainsi plus fortes pour aborder un nouveau marché et s’implanter dans un nouveau pays, tout en gardant la maitrise de leur patrimoine. La PI n’est pas un centre de coût mais bel et bien un centre de profit, un véritable levier de compétitivité pour les entreprises

La maîtrise de l’information brevet, un atout face à la concurrence ?

 « Une recherche d’antériorité permet de détecter des marchés de niche, et d’optimiser les coûts de R&D tout en se prémunissant du risque de devenir contrefacteur et de s’exposer aux lourdes conséquences que représente un procès.  Les brevets constituent une source d’information utile pour les dirigeants et les porteurs de projet innovants. Les salons, la prospection et les relations avec différents partenaires apportent de nombreuses informations mais le brevet revêt une part de confidentialité qui ne transpire pas forcément sur le marché. Faire un état de l’art rigoureux permet d’acquérir une bonne connaissance de la concurrence et d’optimiser sa R&D en amont. La PI devient alors une aide à la décision précieuse pour le chef d’entreprise. »

 innovation-vertemonde-acceleration-innovation

[1] Source : Emmanuelle Fortune (2015), « Les PME et ETI déposantes de brevet », Analyses INPI, novembre 2015

 

Hugo : mobilisation pour la formation professionnelle du personnel en situation de handicap

img-hugo-2Le projet Hugo est né de la décision conjointe du collectif La Ruche d’agir pour la formation du personnel en situation de handicap. Cette démarche est le fruit du travail collaboratif d’échanges de bonnes pratiques du réseau des chargés de Mission handicap des grandes entreprises régionales engagées telles que Gemalto, ERDF, Atos, ST Microelectronics, La Française des Jeux, DCNS, Capgemini (…), réunis dans la cadre du collectif. A la rentrée 2016, un cursus de formation professionnelle en alternance, destiné à l’apprentissage des métiers de l’informatique, de l’électronique et de l’électrotechnique pour les personnes en situation de handicap, verra le jour. Ce cursus aboutira, à l’obtention d’un Diplôme d’Etablissement niveau 1 (Bac+5), pour les professionnels formés.

Le projet Hugo a émergé suite au constat de la difficulté des entreprises à recruter du personnel hautement qualifié en situation de handicap, dans les domaines techniques et informatiques. Cette pénurie s’explique partiellement par le fait que le faible taux de ces candidats « hautement qualifiés » reste issu de la formation initiale et non de cursus de formations professionnalisants, facilitateurs de l’insertion professionnelle en entreprise. En 2014, on dénombrait d’ailleurs seulement 393 Contrats de formation pour les personnes bénéficiaires de l’obligation emploi BOE, comparativement aux 19975 contrats tout public comptabilisés.
Les entreprises de plus de 20 salariés ont toutefois une obligation règlementaire d’embauche à minima de 6% de leurs ETP, ayant une reconnaissance en qualité de travailleur handicapé.
La formation en alternance représenterait à ce titre, une réponse et un levier efficace pour permettre à ces travailleurs d’atteindre un niveau de compétence supérieur, en adéquation avec les besoins des entreprises. Fort de ce constat, les partenaires du projet Hugo réuniront toutes les conditions pour concevoir, formaliser et mettre en œuvre un programme de formation en alternance de haut niveau, permettant de pallier le problème sociétal relatif à l’employabilité du personnel handicapé.
Le cursus de formation se déroule en trois étapes: Un cycle préparatoire à l’entrée afin de valider les prérequis nécessaires au bon suivi de la formation (400 heures maximum), la formation de concepteur- développeur en informatique électronique d’une durée de 24 mois en alternance, couplant des modules de formation (modules d’algorithmique, analyse, conception de base de données et maintenance évolutive, langages de programmation Java, C++, DotNet, J2EE, gestion de projets, sécurité des systèmes (…) à de l’expérience dans une grande entreprise. Enfin, l’enjeu clé du programme relève de l’accompagnement social des apprenants durant toute la durée de la formation.
Ce programme pédagogique est soutenu par l’Agefiph et par toutes les entreprises constitutives du réseau la ruche et partenaires du projet. L’objectif à atteindre à l’issue de la formation : 12 personnes en situation de handicap par session, qui ressortiront diplômées, avec l’opportunité d’intégrer une entreprise ou d’évoluer dans le cadre de leurs parcours professionnels.

2 questions à Sylvie Bec, Chargée d’Etudes et de Développement à l’AGEFIPH et coordinatrice du projet :

Comment se matérialiserait pour vous la réussite du projet Hugo?
Sans hésiter, si un premier groupe d’alternants voyait le jour en 2016! Cela signifierait que le partenariat avec les entreprises et les acteurs de l’emploi et de la formation a fonctionné et surtout que des personnes bénéficiaires de la Loi se sont engagées avec nous sur ce projet.

Quels  seraient les résultats marquants la réussite de cette  action?
Le recrutement d’une douzaine de personnes dans les entreprises adhérentes au projet: celui-ci est ambitieux car il implique un engagement du binôme entreprise/personne dans un parcours long et de haut niveau, tant du point de vue de l’exigence de la formation que des attentes des entreprises. 
Dans un second temps bien sûr, la réussite au diplôme et/ ou l’insertion professionnelle de la première cohorte de l’action. L’appétence des entreprises pour le projet Hugo est avéré, il doit pouvoir répondre à leur besoin de compétences et permettre à des personnes de développer de nouvelles perspectives professionnelles.

5 membres de CAPENERGIES au service des PME/PMI de la Région PACA pour la maîtrise des consommations d’énergie

Accéder à une offre de services de maîtrise de l’énergie adaptée est aujourd’hui simplifié pour les PME et PMI de la région PACA. Sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets d’intérêt « Services innovants à destination des PME/PMI de Provence-Alpes-Côte d’Azur pour maîtriser leurs consommations d’énergie» lancé par la Région PACA, 5 membres de Capenergies se sont mobilisés pour proposer des services et produits innovants, en adéquation avec les besoins et contraintes de ce type d’entreprises. En savoir +

Nouvelle gouvernance du pôle CAPENERGIES

La nouvelle composition du conseil d´administration du Pôle Capenergies a été entérinée par l´assemblée générale qui s´est tenue le 11 juin 2015. Par une nouvelle répartition des sièges au sein de son instance gouvernante, le Pôle souhaite donner une plus forte représentativité aux PME et ETI ainsi qu´une nouvelle répartition par domaine d´activité stratégique.Ainsi, le collège des industriels compte désormais 9 administrateurs sur les 35 qui composent le Conseil d´administration, avec l´entrée pour leur premier mandat des sociétés NAWATECHNOLOGIES, CRISTOPIA, BERTIN TECHNOLOGIES, et le GROUPE ONET.En savoir +

Action réussie en faveur du recrutement dans le domaine de l´énergie

Forum_Energie_Emploi_3eme_edition_Visuel01Près de 750 candidats se sont présentés pour la troisième édition du Forum l’Énergie pour l’Emploi, tenue ce 4 juin 2015, au Château de Cadarache. 46 entreprises proposaient près de 350 emplois dans le domaine de l’énergie, du BTP, et de l’industrie du tertiaire. Parmi ces offres, près de 180 concernaient des membres du Pôle Capenergies. Un premier bilan positif de l’évènement indique qu’un candidat sur deux rencontrés correspondait aux critères recherchés.

 

En savoir +

Transfert de technologies laboratoires / entreprises : La convention de partenariat SATT Sud Est et du pôle Capenergies signée

Olivier FRENEAUX, Président de la SATT Sud Est, et Christian BONNET, Président de Capenergies, ont signé une convention de partenariat au bénéfice du transfert de technologies vers les entreprises dans les domaines de l’énergie et de l’innovation. L’objectif conjoint consiste à mettre au point des produits ou services générateurs d’activité économiques et créateurs d’emploi sur le territoire.
En savoir +

Le contrat de performance 2013-2018 du pôle Capenergies officiellement ratifié par la Corse

Le contrat de performance du pôle de compétitivité Capenergies définissant les modalités d’action spécifiques au volet corse du pôle, a été ratifié par la Collectivité Territoriale de Corse, le lundi 24 novembre.

La signature officielle de ce contrat s’est tenue dans les locaux de la villa Ker Maria à Pietrabugno, en présence de Paul Giaccobi, président du conseil Exécutif de Corse, de Christian Bonnet Président du pôle Capenergies et directeur du centre CEA de Cadarache, Alain Rousseau, préfet de Haute-Corse et Jean Zuccarelli, président de l’Agence de développement économique Corse (ADEC).En savoir +

Capenergies contribue aux côtés d´EDF au renforcement de la filière hydraulique en PACA par le lancement d´une nouvelle offre de formation

Le 15 avril 2014, 24 salariés issus de 13 entreprises ont eu l’opportunité de suivre la première session de formation destinée aux sous-traitants d’EDF Hydraulique, intitulée : « Gagner en performance en maîtrisant les risques avec EDF Hydraulique » au Centre Regain de Ste Tulle (04).En savoir +

Convention de partenariat avec l’Association Bernard Gregory

Le pôle Capenergies annonce un accord de partenariat avec l’Association Bernard Gregory (ABG), avec pour objectif de favoriser l’emploi des doctorants et docteurs dans les entreprises membres du pôle Capenergies et de faire connaître à ces entreprises les services de l’association.

Ce partenariat s’inscrit pleinement dans la stratégie du pôle et son offre de services pour favoriser la croissance des entreprises, par la mise en œuvre d’un levier important que sont les RH et notamment la montée en compétence des salariés.En savoir +

Succès des RENCONTRES PME-EDF HYDRAULIQUE organisées par le pôle CAPENERGIES

Afin de développer les opportunités d’affaires entre les PME et les grands donneurs d’ordre en région PACA, le pôle CAPENERGIES a engagé depuis ce début d’année 2013 une démarche de rapprochement entre des PME œuvrant dans le domaine du BTP, de l’électrotechnique, de l’ingénierie ou de la mécanique et l’UPM* d’EDF Hydraulique.

En savoir +

Les PME innovantes à la rencontre des futurs ingénieurs des écoles en région PACA

Organisées à l’initiative de l’École centrale de Marseille, en partenariat avec CAPENERGIES, l’ENSAM (Aix en Provence) et l’École des Mines de Saint-Etienne (Gardanne) et la CCIMP, les premières rencontres PME-Grandes Écoles d’ingénieurs en PACA se sont déroulées le 25 mars 2013, réunissant 350 futurs ingénieurs ainsi qu’une quarantaine d’entreprises créatrices d’emploi.

En savoir +

Forte implication de Capenergies dans l’Association Française pour l’HYdrogène et les Piles A Combustible (AFHYPAC)

Membre depuis la création de l’AFHYPAC, le pôle de compétitivité Capenergies est également représenté au Conseil d’Administration par son Directeur Patrick Bouchard.

L’Assemblée Générale AFHYPAC du 26 juin a permis de présenter le bilan 2011 et les orientations 2012, en ouvrant la discussion avec les interventions de Intelligent Energy, ADEME et ATEE stockage.
En savoir +