D’un budget global de 2,2 M€ sur une durée de 3 ans, financé par le programme de coopération transnationale européen  "MED", le projet EMILIE vise à développer les initiatives méditerranéennes pour encourager les PME à innover dans le domaine des technologies d’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires. Les enjeux sont d’une part de permettre l’émergence de solutions innovantes, afin de réduire la consommation d'énergies génératrices de gaz à effet de serre, et d’autre part, de contribuer activement à la croissance, la compétitivité et l'emploi dans la région méditerranéenne. Une ambition partagée par le Pôle de Compétitivité Capenergies, pilote du volet français, aux côtés de l’Italie, l’Espagne, la Croatie et la Slovénie.

Réduire de 10% la facture énergétique d’un lycée français

Le site pilote retenu en France est le Lycée Paul Héraud à Gap (Hautes-Alpes) dont la gestion incombe à la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. L'expérimentation a débuté en septembre 2014, soutenue par la Région, avec pour objectif final de réduire de 10%, à juin 2015, la facture énergétique annuelle de l'établissement qui s’élevait à environ 110 000 euros.

Le système de télé-relève énergétique installé dans les bâtiments du lycée, comprend des équipements de mesure (compteurs d’électricité, de gaz, d’eau et de chaleur, capteurs de température, sonde de CO2) reliés à une interface intelligente, « SmartEE »  (écran tactile et portable), visant à encourager les changements de comportement des utilisateurs. Ainsi, les  données de consommation recueillies sont traduites en « bons ou mauvais » comportements, visualisables sur les smartphones ou sur les panneaux d’affichages, ce qui incite les élèves et le personnel encadrant à adopter les réflexes conseillés. Un concours est organisé chaque mois pour récompenser les meilleurs résultats.

 

Céline Auger, ingénieur projet à Capenergies, en charge de l’expérimentation française fait un premier bilan : « Au cours des 6 premiers mois de l’expérimentation, un recul de la consommation électrique générale de 5% a été constaté. L’exploitation et l’analyse des données recueillies permet aux usagers de mieux connaître le fonctionnement des différents secteurs consommateurs du lycée, d’identifier les dérives de consommation par rapport à une référence établie (comme l’inadéquation des puissances installées avec les besoins réels ou encore d’éventuelles fuites) et de fixer des objectifs de réduction de consommation par secteur d’usage. »


EMILIE: Enhancing Mediterranean Initiatives Leading SMEs to Innovation in building Energy efficiency technologies - www.emilieproject.eu