La région Provence-Alpes-Côte d’Azur, terre fertile de Territoires à énergie positive pour la croissance verte

Les 528 candidatures reçues dans le cadre de l’appel à projets « Territoires à énergie positive pour la croissance verte » (TEPCV) marquent la mobilisation active des territoires engagés dans la mutation vers la transition énergétique. En février 2015, Ségolène Royal avait annoncé les 212 lauréats du label TEPCV, bénéficiaires d’un appui financier de 500 K€ pour la réalisation de leurs projets dans les 6 domaines ciblés : efficacité énergétique, mobilité électrique, économie circulaire, biodiversité, engagement citoyen et Valorisation du territoire. Parmi ces territoires, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur : huit territoires ont reçu la nomination de Territoires à énergie positive pour la croissance verte et vingt celle de « Territoires à Energie positive en devenir ».

L’exemple de 2 TEPCV : Pays Serre-Ponçon Ubaye Durance et Nice Côte d’Azur

La stratégie du territoire Serre Ponçon Ubaye Durance s’appuie sur un « objectif 100%, territoire à énergie positive, moteur du développement local » visant à assurer un aménagement durable. Cette initiative territoriale est prévue sur une période de 2 ans et représente un budget global de 988 K€.
La réponse à l’appel à projet se décline en six actions phares, réparties sur le territoire.
Tout d’abord, la première action consiste à création d’un écopôle alpin, Pays Sud et communauté des communes de l’embrunais, dédié à renforcer le développement économique du territoire en créant un écosystème productif pour le développement des entreprises autour de la construction durable, de l’efficacité énergétique du bâtiment et des territoires et de la production d’énergies renouvelables, animés par des programmes de partenariats locaux, transfrontaliers et européens.
Une seconde action, orientée d’avantage vers la sociologie du comportement, a pour ambition de développer des opérations de sensibilisation, de communication et de formation afin d’engager les collectivités, les décideurs locaux et les populations dans la mise en œuvre d’initiatives exemplaires en faveur de la transition énergétique.
S’en suivent des actions tournées davantage vers l’urbanisme, notamment le développement d’une opération d’aménagement immobilier du quartier saint Laurent, en écoquartier auto suffisant en énergie et la création et l’aménagement d’une aire de co-voiturage de la communauté des communes du savinois Serre Ponçon, intervenant comme une solution alternative à l’organisation des transports publics dans un territoire contraint géographiquement. D’autres initiatives majeures concernent l’efficacité énergétique : le déploiement d’opérations de rénovation énergétique de l’éclairage public à Barcelonnette. Cette opération se matérialise par le remplacement de 634 luminaires énergivores, la modernisation de 25 coffrets de commande et le remplacement de 150 points lumineux par des luminaires à très basse consommation d’énergie, générant une réduction des besoins de puissances électriques dédiés à l’éclairage public de 30%.
Initiative similaire pour le Syndicat Intercommunal d’éclairage public de l’embrunais – Savinois, dont la rénovation des équipements tendra à réduire la consommation globale d’énergie électrique de 50 %. Enfin, la rénovation éco énergétique d’un logement à caractère social dans la commune de Saint-Vincent-Les-Forts devrait aboutir à une offre locative à faible charge dont la production énergétique serait d’origine renouvelable.

Le territoire Nice Côte d’Azur a également pour vocation de se positionner comme Territoire exemplaire en concentrant sa stratégie autour de trois actions majeures. La première action pour NCA relève de la modernisation de l’ensemble des points lumineux du parc, à échelle métropolitaine pour une diminution de la puissance de 130 Watt à 50 Watt/ mât, représentant une réduction de 2,6 fois la puissance initiale.
La seconde initiative participe du développement de la « mobilité propre» dont la prescription intervient dans le Plan de protection de l’atmosphère des Alpes Maritimes Sud, avec comme objectif fixé un minimum de 30% de véhicules propres pour les flottes de plus de 50 véhicules. Cette action se manifeste par le renouvellement de la flotte de véhicules par des véhicules électriques. L’objectif à atteindre pour le parc automobile des véhicules légers est 110 g CO2/ km pour des économies atteignant 38 tCO2éq/an
La dernière action concerne l’augmentation de la part des moyens de production d’énergies renouvelables dans le mix énergétique, avec notamment, un projet territorial qui prévoit la réalisation d’une étude de faisabilité centrale hydroélectrique, dans le Haut Pays niçois, sur le cours d’eau de la Vionène. L’objectif de cette centrale est d’atteindre une capacité de production de l’ordre de 7500 MWh/an.

La parole aux acteurs de la transition énergétique en territoire

Comment envisagez-vous la stratégie pour la transition énergétique de votre territoire ?
Chantal EYMEOUD, présidente du Pays S.U.D : La stratégie que nous entendons développer en matière de transition énergétique passe à la fois par un objectif a minima d’autosuffisance énergétique en matière d’électricité et de chaleur mais aussi par le développement économique au travers de l’économie verte et des territoires de montagne. En ce sens, le travail engagé autour des stations de montagnes à très haute efficacité énergétique et la mobilisation des acteurs économiques me semble essentiel pour l’avenir de notre territoire.

Comment selon vous se concrétiserait la réussite de l’initiative TEPCV ?
Yves PRUFER, Directeur de l’Agence Métropolitaine de la Performance Energétique chez Métropole Nice Côte d’azur  NCA : La réussite du projet passerait par la réalisation complète de ces actions avec notamment, concernant la centrale hydroélectrique, une stratégie déterminant le financement et le mode de portage d’un tel projet. TEPCV intervient comme un « catalyseur d’actions planifiées par la collectivité ».