Workshop international « Power-to-Gas » : la technologie Hydrogène est prête pour le passage à l’échelle

Capenergies, l’Agence Internationale de l’Energie Hydrogène (AIE Hydrogen) et GRT Gaz ont co-organisé le 20 novembre 2018, un workshop consacré aux projets de démonstrateurs mondiaux qui expérimentent la production et les applications du vecteur Hydrogène. Accueilli dans l’enceinte de l’École des Arts & Métiers d’Aix-en-Provence, l’évènement a rassemblé près d’une centaine de porteurs de projets, d’industriels et d’académiques internationaux qui ont commenté l’analyse de ces démonstrateurs, réalisée par Capenergies, à la demande de l’AIE Hydrogène.

De gauche à droite : Laurent-Charles Thery – GRT Gaz ; Cédric Philibert – IEA ; Doris Hafenbradl – Electrochaea ; Sergio Raballo – CAPSA (Hychico) ; Hiroshi Ito – AIST (Advanced Industrial Science and Technology) ; Paul Lucchese – Capenergies & AIE Hydrogen

  • Principaux résultats de l’analyse des démonstrateurs

Cette analyse technico-économique de 192 démonstrateurs identifiés dans 32 pays montre que l’Hydrogène constitue une solution pour faciliter et accélérer l’intégration des EnR dans un système énergétique via le stockage. Ainsi, dans 71% des démonstrateurs étudiés, l’Hydrogène est produit à partir de sources d’énergie solaire ou éolienne, soit réinjecté dans le réseau, soit constituant l’énergie pour des sites isolés ou fonctionnant en micros-réseaux. C’est le cas du projet-pilote emblématique Hychico de production d’hydrogène en Patagonie à partir de l’éolien, qui a été présenté par les porteurs de projets lors du workshop.

Par ailleurs, l’étude montre que ces installations expérimentales combinent à la fois des technologies :

  • De production d’H2 dont 42% par l’électrolyse PEM ;
  • De stockage, le plus souvent sous forme compressée ;
  • Et plusieurs types d’applications : Hydrogen-to-Power, Hydrogen-to-Gas, Hydrogen-to-Fuel.

A ce titre, le marché des piles à combustible et le secteur des transports constituent 2 perspectives majeures en vue d’une utilisation plus importante de l’hydrogène. En Europe où sont déployées la majorité des installations analysées, d’autres applications sont expérimentées dans le secteur industriel et chimique.

  • Zoom sur la filière Hydrogène en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le workshop a été l’occasion de mettre en avant plusieurs démonstrateurs implantés en Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et de confirmer le potentiel de développement de la filière Hydrogène locale sur l’ensemble de la chaîne : production, stockage, mobilité, formation et usages industriels. Depuis 2015, plus de 15 projets ont émergé sur le territoire dont :

  • La plateforme Innovex soutenue par la Métropole, la Région, le département, L’État (FNADT) et le Grand Port Maritime de Marseille, qui a permis l’implantation de Jupiter 1000, 1er démonstrateur français de « méthanisation » porté par GRT Gaz dans le port de Marseille-Fos ;
  • Le projet HyGreen Provence de production d’électricité photovoltaïque et d’hydrogène vert de l’Agglomération Durance Luberon Verdon (Manosque) ;
  • Les innovations des startups Hyseas Energy pour les applications de mobilités maritimes et, Hysilabs pour le transport de l’hydrogène en vecteur liquide.

 

  • Publication d’une feuille de route Hydrogène en 2019

 « A l’issue de ce workshop, aucun verrou technologique n’a été identifié. », se satisfait Christine Mansilla, qui coordonne les travaux du groupe d’experts internationaux nommé Task 38 de l’AIE Hydrogène. « La technologie semble prête pour le passage à l’échelle, même si des progrès sur le rendement, la durabilité et bien sûr les coûts, sont toujours possibles et souhaitables. Les problématiques ne sont plus techniques, mais bien plus économiques, sociales et réglementaires. Et les démonstrateurs peuvent aussi faire avancer ces sujets. »

Des conclusions qui ont été bien accueillies par les acteurs locaux de l’Hydrogène, réunis au sein du Club H2 animé par Capenergies et dont la vocation est d’accélérer le déploiement industriel et commercial des solutions. 

L’AIE Hydrogène proposera début 2019 une feuille de route destinée à accompagner les porteurs de projets et décideurs politique. Y seront précisées les étapes à franchir pour définir des modèles économiques rentables. Une analyse précieuse à l’heure où le développement de l’Hydrogène à grande échelle constitue pour l’Agence Internationale de l’Energie un élément central du système énergétique mondial. Raison pour laquelle l’hydrogène est à l’ordre du jour du prochain G20 en juin 2019 au Japon.

79ème réunion du Comité Executif de l’IEA Hydrogen, du 28 au 30 novembre au Château de Cadarache.

Capenergies, avec le soutien d’ENGIE, a accueilli du 28 au 30 novembre la 79ème réunion du comité exécutif de l’IEA Hydrogen, présidée par Paul Lucchese.

IEA Hydrogen rassemble 23 pays et 6 sponsors industriels dont l’Hydrogen Council et a pour but d’accélérer le déploiement des technologies de l’hydrogène par la coopération internationale notamment en R&D et par des travaux d’analyse des systèmes énergétiques.

Ainsi, le comité a passé en revue les projets sur la sécurité de l’hydrogène, les analyses sur le Power to Gas nourries par le workshop international du 20 novembre à Aix en Provence, ainsi que des travaux sur les applications maritimes de l’hydrogène. Par ailleurs le comité a pu interagir avec le secrétariat de l’IEA à Paris afin de lancer une collaboration sur un rapport stratégique sur les usages de l’hydrogène qui a été commandé par le G20 et qui devra être remis lors du prochain sommet à Osaka (Japon) en juin 2019.

Enfin, le comité exécutif a pu prendre connaissance du projet Hygreen Provence lors d’un échange avec DLVA – Durance Luberon Verdon Agglomération ainsi que du projet ITER dans le cadre d’une visite dédiée.