De belles perspectives pour les bioénergies en Région Sud : retour sur le workshop du 5 novembre 2019

Les bioénergies seront sans doute un atout majeur de la Région Sud, pour répondre aux ambitions énergétiques qu’elle s’est fixée à l’horizon 2050 dans le Plan Climat « Une Cop d’Avance ». C’est le signal retenu par les 70 participants du workshop organisé par Capenergies le 5 novembre dernier au CEREGE (Centre Européen de Recherche et d’enseignement des géosciences de l’Environnement). Cette rencontre constitue un 1er pas pour favoriser les synergies entre les acteurs institutionnels, de la recherche et les entreprises innovantes, confortant le fort potentiel d’innovation de cette filière d’avenir.

« La France se situe parmi les 5 pays les plus bioéconomiques au monde, et en avance de phase avec ses 8 filières clés », rappelle Claude Roy Président du Club des Bio-économistes, invité à introduire le workshop : « Outre le secteur agricole et agro-alimentaire, et parallèlement à la filière forêt-bois, de nouvelles bio-filières se sont développées depuis les 20 dernières années, dont les néo-matériaux, les biocarburants et les biocombustribles. Ces filières vertes innovantes créent chaque année près de 5000 emplois supplémentaires dans les territoires. »

La bio-économie est aussi un secteur prometteur pour la Région Sud, qui bénéficie d’un tissu industriel et d’un écosystème R&D à la pointe. « A condition que soient coordonnées les différentes filières (éco-matériaux, combustion, méthanisation, chimie biosourcée et biocarburants), dans le respect de la hiérarchie des usages et dans des conditions d’exploitation durables », rappelle Nicolas Oudart de la Direction de l’Agriculture, de la Forêt et de l’Eau à la Région Sud. C’est le cadre défini par le Schéma Régional Biomasse (SRB), et le sens des actions menées par les Comités de Chaine de Valorisation.

Ainsi, cette journée aura permis aux participants de bénéficier en avant-première d’un panorama complet des orientations régionales qui prévoient notamment de mener des projets structurants de méthanisation, de massifier la filière combustion et d’accélérer l’innovation pour les filières éco-matériaux, chimie biosourcée et biocarburants.

Côté innovation, Paul Lucchese Directeur adjoint de Capenergies confirme « le potentiel d’innovation élevé de ces filières bioénergies moins matures, qui peut provenir soit de la recherche, grâce au tissu R&D extrêmement développé en Région Sud sur les carburants 3ème génération, les micro-algues et la pyrogazéification ; soit des entreprises elles-mêmes qui innovent dans les processus de collecte, de transformation et d’utilisation de la biomasse. » Comme la start-up Cleef System qui a présenté sa solution de valorisation des boues en énergie propre, ou encore Mini Green Power qui produit de l’énergie renouvelable (chaud, froid, électricité) à partir de résidus végétaux.

Aujourd’hui, Capenergies fédère déjà une centaine d’acteurs de la filière et a labellisé plus de 65 projets bioénergies depuis sa création.

 

ACCÉDEZ AUX DOCUMENTS DU SCHÉMA
RÉGIONAL BIOMASSE
LES PRÉSENTATIONS DES INTERVENANTS
SONT DISPONIBLES SUR DEMANDE

Pour plus d’informations, contactez :
Paul Lucchese, Directeur Adjoint Capenergies
+33 4 84 30 05 73 • rf.se1576415184igren1576415184epac@1576415184esehc1576415184cul.l1576415184uap1576415184

 

QUELQUES CHIFFRES CLÉS

En France :

  • 1m3 de biomasse ou de bois
    peut remplacer l’équivalent de deux barils de pétrole.
  • Les bio-filières assurent aujourd’hui
    6 % des approvisionnements de l’économie française pour l’énergie, les matériaux et la chimie.
    La France vise 10 à 15 % d’économie biosourcée d’ici 2030.

En Région :

  • Objectifs biomasse valorisable en combustion :
    99Ktep d’ici 2023
    139Ktep d’ici 2030
  • Objectifs biomasse valorisable en méthanisation :
    42Ktep d’ici 2023
    160Ktep d’ici 2030
    Chiffres auxquels il faut ajouter la biomasse valorisable en bio-carburants.