Publication du rapport Hydrogène de l’AIE présenté lors du G20 en juin 2019 au Japon

Capenergies vous propose de découvrir le rapport sur l’Hydrogène réalisé par l’Agence Internationale de l’Energie à la demande du Japon dans le cadre du G20 qui s’est déroulé en juin dernier. Paul Lucchese, Directeur Adjoint de Capenergies, a participé à la rédaction de ce rapport pour le compte de l’AIE : « Par ce rapport, l’AIE, 1er expert mondial sur l’énergie auprès des gouvernements, reconnait clairement et pour la première fois le rôle de l’hydrogène comme un des piliers indispensables de la transition énergétique au niveau mondial, notamment pour décarboner les secteurs les plus difficiles comme l’industrie et les transports ». Le rapport prévoit notamment une baisse des coûts de production de 30 % d’ici à 2030.

 

 

 

 

 

Téléchargez :

1. Le rapport intégral « The Future of Hydrogen »
2. Le résumé et les recommandations

 

Le rapport réaffirme d’abord que les technologies sont aujourd’hui prêtes pour le passage à l’échelle : « Une grande variété de combustibles sont capables de produire de l’hydrogène, notamment les énergies renouvelables, le nucléaire, le gaz naturel. Il peut être transporté sous forme de gaz ou sous forme liquide. Il peut être transformé en électricité et en méthane pour alimenter les maisons et l’industrie, et en combustibles pour les voitures, les camions, les navires et les avions. » Il en confirme également ses atouts : « L’hydrogène est l’une des principales options de stockage de l’énergie issue de sources renouvelables ». A l’avenir, il s’agira peut-être de la solution la moins coûteuse pour le stockage de l’électricité sur le long terme et son transport sur de longue distance. Cependant, l’utilisation généralisée et propre de l’hydrogène dans les transitions énergétiques mondiales se heurte à plusieurs défis :

  • La production d’hydrogène à partir d’énergie à faible teneur en carbone est coûteuse pour le moment.
  • Le développement des infrastructures à l’hydrogène est lent et freine l’adoption généralisée.
  • La réglementation limite actuellement le développement d’une industrie de l’hydrogène propre.

L’AIE formule plusieurs préconisations dans ce rapport visant à motiver la confiance des investisseurs et à baisser les coûts. Parmi elles :

  • Encourager d’abord les zones côtières (et surtout les ports) à utiliser de l’H2 propre et à capturer le CO2 émis ;
  • Injecter 5% d’H2 dans les réseaux de gaz naturel ;
  • Étendre son utilisation aux transports de long-court ou de fret ;
  • Ouvrir les premières routes commerciales internationales pour l’H2.

 

Contact Capenergies :
Paul LUCCHESE, Directeur Adjoint
+33 4 84 30 05 73
rf.se1571811153igren1571811153epac@1571811153esehc1571811153cul.l1571811153uap1571811153