Vaucluse : Capenergies s’appuie sur un de ses membres, la société SWAX, pour doper l’innovation du territoire

De par son expérience au service du développement économique territorial, et ses activités de conseil auprès des entreprises et collectivités, Capenergies a choisi de s’appuyer sur SWAX, membre du pôle, afin d’intensifier son action sur le territoire du Vaucluse. Entretien avec son fondateur Michaël Denis. Sa mission : détecter de nouveaux projets, notamment sur le thème de la flexibilité énergétique dans le secteur de l’agriculture, et resserrer les liens avec les acteurs et partenaires du pôle sur ce territoire afin qu’ils bénéficient de l’offre de service et d’accompagnement du pôle.

Capenergies compte parmi ses membres une soixantaine d’entreprises vauclusiennes, parmi les plus emblématiques : la Compagnie Nationale du Rhône, EDF Hydro, Albioma… Que pouvez-vous nous dire du panorama des filières énergétiques sur ce territoire ?

Le mix énergétique décarboné du Vaucluse s’illustre notamment près de Bollène qui accueille l’usine hydroélectrique de CNR, un parc photovoltaïque, trois éoliennes et où l’on aperçoit au loin la centrale nucléaire du Tricastin.

Le Vaucluse est en effet à l’intersection de 3 sites nucléaires majeurs : le CEA Cadarache, le CEA Marcoule et la Centrale du Tricastin, qui offrent une multitude de marchés pour les entreprises. Plusieurs milliards d’investissements y sont programmés au cours des prochaines décennies.

Par ailleurs, bordée par le Rhône et la Durance, la production hydroélectrique du Vaucluse est importante grâce à CNR. Aujourd’hui des projets d’optimisation de la production existante et de nouvelles productions de moindre puissance voient le jour.

Comme les autres départements de la Région Sud, le Vaucluse offre un ensoleillement exceptionnel supérieur à 300 jours par an pour le développement de projets solaires. La plus grande centrale photovoltaïque flottante d’Europe est implantée en Vaucluse, et le groupe RES dispose de son siège social à Avignon. Le département a d’ailleurs accueilli en 2018 le Groupe Albioma, 1er producteur indépendant d’électricité photovoltaïque en Outre-mer, qui y installe ses premières centrales métropolitaines.

Enfin, le Vaucluse est également le « 1er Maraicher de France » :  l’agriculture et l’industrie agroalimentaire, qui concentrent plus de 20% des emplois, sont aussi pourvoyeurs de produits organiques valorisables en énergies.

Justement, en quoi le secteur agricole constitue-t-il une opportunité d’innovation dans l’énergie, particulièrement sur ce territoire ?

A la croisée de l’agriculture et des nouvelles technologiques de l’énergie, certaines solutions d’optimisation énergétique peuvent permettre aux producteurs de réduire leur facture énergétique, et d’apporter une plus-value à la production agricole ainsi que des revenus complémentaires. Notamment en utilisant des sources d’EnR solaire ou biomasse, combinées à un pilotage des consommations pour les installations ou équipements agricoles, comme les groupes frigorifiques.

Le Vaucluse a la particularité de concentrer une agriculture de pointe avec des cultures sous serres et en verger, et d’autres comme la vigne et les semences qui sont à forte valeur capitalistique. C’est pourquoi les producteurs agricoles du Vaucluse s’intéressent de près aux technologiques de précision. Pour eux, l’innovation doit être au service d’une production qui préserve l’environnement et accroît la qualité des produits vers plus de naturalité.

Vous avez développé des projets territoriaux liés à l’innovation et l’environnement aux côtés des collectivités du Vaucluse. Quelles sont leurs attentes sur le plan énergétique ?

Tout d’abord, on peut rappeler que le Vaucluse a été pionner dans la réhabilitation de zones et parcs d’activités pour une meilleure prise en compte des impacts sur l’environnement. La charte « EcoParc Vaucluse » a d’ailleurs été reprise et élargie à la région SUD sous l’appellation PARC+.

Aujourd’hui, les acteurs institutionnels ont la volonté de poursuivre leur engagement dans des projets énergétiques innovants, notamment en valorisant le patrimoine bâti et non-bâti dont ils ont la charge. Ces projets à fort potentiel de réplicabilité, allient production d’EnR, autoconsommation et pilotage énergétique, et constituent des vecteurs d’attractivité et de dynamisme pour le territoire du Vaucluse.

N’hésitez pas à prendre contact avec :

Michaël Denis

rf.gn1574260782itlus1574260782noc-x1574260782aws@s1574260782ined.1574260782m1574260782

+33 6 03 01 36 17

Profil LinkedIn